Historique de la tricherie aux échecs (1)

Par Paul Kohler
07/10/2022 – Si le problème a pris une tournure mondiale ces dernières semaines, il n'est cependant pas nouveau. En 2001, Frederic Friedel a contribué à un article dans le livre "Advances in Computer Chess 9". Il retrace les nombreuses formes de manipulations illicites aux échecs, qui, deux décennies plus tard, apparaissent d'une actualité déconcertante. Voici adapté en français la première partie de son enquête parue sur le portail anglophone de notre site le 29 septembre 2011.

ChessBase 17 - Mega package ChessBase 17 - Mega package

ChessBase est LA base de données d'échecs. Elle s'est établie comme la norme dans le monde entier. Tout le monde utilise ChessBase, du champion du monde à l'amateur qui cherche à développer son savoir et ses compétences dans le roi des jeux.

Plus…

Tricherie aux échecs – Première partie

Par Frederic Friedel

Advances in Computer Games 9, a été édité par les professeurs H. J. van den Herik de l'Université de Maastricht et B. Monien de l'Université de Paderborn. Il a été publié par l'Université Maastricht en 2001 (écrit et soumis par l'auteur en 2000). Dans ce qui suit, le texte a été légèrement modifié et des photos supplémentaires ont été incluses.

Résumé

De nos jours, les joueurs d'échecs de tous niveaux peuvent bénéficier de l'assistance d'un ordinateur pendant une partie d'échecs. Il s'agit d'un nouveau développement et d'un problème sérieux pour le jeu. Cette contribution énumère les principales formes de tricherie et fournit quelques exemples tirés de la pratique. La forme la plus répandue (Allwermann à l'Open Böblinger) est placée dans un contexte historique en décrivant des cas de tricherie observés précédemment. Enfin, le problème de la tricherie est abordé au plus haut niveau de jeu. Quelles sont les possibilités et comment pouvons-nous prévenir la tricherie? Comme il n'existe pas de solution limpide, le problème de la tricherie reste sur la liste des questions à traiter très sérieusement dans un avenir proche.

1. Introduction

Le problème de la tricherie aux échecs n'est certainement pas nouveau. Il est devenu aigu ces derniers temps, mais nous ne devons pas oublier qu'elle existe depuis longtemps.

Ses formes principales sont:

  1. Manipuler la position (enlever ou changer des pièces, jouer plus d'un coup, etc.). Ceci est rarement vu dans les échecs de tournoi, c'est plutôt une pratique de café.
  2. Perdre ou faire match nul délibérément en échange d'une récompense. Il s'agit de la forme la plus courante rencontrée dans les tournois internationaux.

  3. Consulter un joueur plus fort pendant la partie. C'est malheureusement assez courant dans les championnats par équipe, où un joueur des premiers échiquiers peut aider son collègue plus faible, ou même aider un joueur d'une autre équipe s'il joue contre une équipe rivale forte.

  4. Autres méthodes diverses de tricherie.

Dès le Moyen Âge, nous avons des exemples de pratiques douteuses de la part de maîtres d'échecs. Les plus connus - et certainement les plus souvent cités - sont ceux de Lucena ("Essayez de jouer après que votre adversaire ait mangé ou bu à son aise!") et de Ruy López ("Placez l'échiquier de façon à ce que le soleil soit dans les yeux de votre adversaire!"). Parmi les exemples plus récents, citons le fait d'amener un chat sur le lieu de jeu alors que vous savez que votre adversaire est allergique à ces animaux (ce qu'aurait fait Alekhine), de fumer des cigares ou, plus grave encore, de menacer d'en fumer (comme dans la célèbre histoire de Vidmar contre Nimzovitsch), de remuer, de fredonner, voire de décentrer vos pièces si vous savez que votre adversaire (par exemple Meking) est obsédé par la propreté. La liste de ce genre de stratagème est sans limite.

1.1 Une arnaque classique

Aux échecs, il est important de distinguer la tricherie de l'"arnaque" - cette dernière étant une manière parfaitement légale de tromper votre adversaire sans enfreindre aucune des règles des échecs. Voici un exemple d'une escroquerie classique.

En 1981, Nigel Short, âgé de 15 ans, participait à un tournoi GM à Hambourg. Lors de la sixième ronde, il surclassait le GM bulgare Ivan Radulov avec les Blancs, atteignant la position ci-dessous. La seule ligne d'action raisonnable pour Radulov aurait été d'abandonner. Au lieu de cela, supposant que son jeune adversaire était assez inexpérimenté, il a essayé une petite astuce intelligente.

Short,Nigel D (2440) - Radulov,Ivan (2465) [A36]
Hamburg op Hamburg (6), 1981

38...♛f3 39.♖xd7 ♛d1+ 40.♔g2. Les coups ont été exécutés rapidement, comme si les Noirs avaient vu une sorte d'échec perpétuel. Et maintenant est venu le piège: 40...♛e2+. Naturellement Nigel s'attendait à ce que son adversaire fasse le prochain échec sur d2 ou c2, et il était prêt à jouer 41.Kh3. S'il l'avait fait mécaniquement, il aurait perdu la partie.

Heureusement, Nigel n'est pas tombé dans le piège. Quand il a vu ce que son adversaire avait fait, il l'a puni d'une manière amusante. Il est entré dans une profonde réflexion. Il y avait une foule de spectateurs qui regardaient le match, et tout le monde s'est mis à rire. Radulov ne pouvait que faire un sourire penaud et tendre la main en signe de résignation. Nigel a joué 41.♕xe2 avant d'accepter.

1.2 Un exemple de véritable tricherie

Un cas de véritable tricherie s'est produit lors d'un tournoi à Zagreb, que Fischer dominait devant Smyslov, Petrosian et Korchnoi. Dans sa partie contre le relatif outsider Kovacevic, l'inarrêtable Américain a tendu le piège suivant :

Fischer,Robert James - Kovacevic,Vlatko [C15]
Rovinj/Zagreb Zagreb (8), 21.04.1970
1.e4 e6 2.d4 d5 3.c3 b4 4.a3 xc3+ 5.bxc3 dxe4 6.g4 f6 7.xg7 g8 8.h6 bd7 9.e2 b6 10.g5 e7 11.h4 b7 12.g3 h6 13.d2 0-0-0 14.e2 f8 15.0-0 g6 16.xh6 h8 17.g5 dg8 18.f3

Il semble que les Noirs peuvent gagner après 18...♞h4 19.♕e5 ♞d7 20.♕f4 ♞xg2 21.♔xg2 ♜h4 et les Blancs doivent donner la ♕ à défaut de se faire mater: 22.♕e3 ♜xh2+ 23.♔xh2 ♛h4+ 24.♔g1 ♜xg3+ 25.♔f2 ♜g8#.

Cependant, Petrosian et Korchnoi, qui regardaient la partie, ont repéré l'intention mortelle de Fischer: 18...♞h4 19.fxe4! ♜xg5 20.♗xg5 et ce sont les Blancs qui vont gagner. La femme de Petrosian, célèbre pour son esprit de parti radical, avait suivi l'analyse des deux GM soviétiques. A l'horreur de Korchnoi, elle se dirigea vers l'échiquier et murmura les lignes à Kovacevic. Celui-ci joua alors 18...e3. Fischer, déconcerté, perdit la partie. Ce sera la seule défaite de Fischer dans ce tournoi en 17 rondes. Le prodige termina avec deux points d'avance sur Korchnoi et Smyslov - Petrosian à un demi-point derrière eux.

Addendum: Tomislav Mabić m'informe que Vlatko Kovačević a raconté une histoire différente à la télévision nationale croate. Il n'était pas assis à l'échiquier mais marchait nerveusement dans la salle. Rona Petrosian s'est approchée de lui et lui a murmuré quelque chose, mais comme il ne parlait pas russe, il n'avait aucune idée de ce qu'elle disait. Il aurait donc trouvé 18...e3 tout seul.

[Event "Rovinj/Zagreb"] [Site "Zagreb"] [Date "1970.04.21"] [Round "8"] [White "Fischer, Robert James"] [Black "Kovacevic, Vlatko"] [Result "0-1"] [ECO "C15"] [PlyCount "60"] [EventDate "1970.04.12"] [EventType "tourn"] [EventRounds "17"] [EventCountry "YUG"] [Source "ChessBase"] [SourceDate "1999.07.01"] 1. e4 e6 2. d4 d5 3. Nc3 Bb4 4. a3 Bxc3+ 5. bxc3 dxe4 6. Qg4 Nf6 7. Qxg7 Rg8 8. Qh6 Nbd7 9. Ne2 b6 10. Bg5 Qe7 11. Qh4 Bb7 12. Ng3 h6 13. Bd2 O-O-O 14. Be2 Nf8 15. O-O Ng6 16. Qxh6 Rh8 17. Qg5 Rdg8 18. f3 {[#]} e3 ({Il semble que les Noirs peuvent gagner après} 18... Nh4 19. Qe5 ({Mais les Blancs ont la ressource} 19. fxe4 $1 Rxg5 20. Bxg5) 19... Nd7 20. Qf4 Nxg2 21. Kxg2 Rh4 {et les Blancs doivent donner la ♕ pour ne pas être matés:} 22. Qe3 Rxh2+ 23. Kxh2 Qh4+ 24. Kg1 Rxg3+ 25. Kf2 Rg8#) 19. Bxe3 Nf8 20. Qb5 Nd5 21. Kf2 a6 22. Qd3 Rxh2 23. Rh1 Qh4 24. Rxh2 Qxh2 25. Nf1 Rxg2+ 26. Ke1 Qh4+ 27. Kd2 Ng6 28. Re1 Ngf4 29. Bxf4 Nxf4 30. Qe3 Rf2 0-1

– Deuxième partie à suivre prochainement! –

Liens


Après plus de vingt ans passés dans l'organisation du Festival international d'échecs de Bienne (Suisse), Paul Kohler en est maintenant le secrétaire général et le directeur du tournoi fermé des Grands Maîtres (GMT). Depuis septembre 2016, vous pouviez lire ses posts quotidiens et ses tweets pour ChessBase dans la langue de Molière. Dorénavant, c'est sur le portail francophone que vous pouvez lire ses articles.

Commenter

Règles pour les commentaires

 
 

Pas encore enregistré? S'inscrire