Fischer vs Spassky – Reykjavik 1972: Fischer mène 9–6

Par Paul Kohler
21/12/2022 – Fischer mène de trois points. Le match du siècle touche à sa fin, et Spassky, malgré tous ses efforts, est incapable de réduire l'écart. "J'avais l'impression que Fischer était comme un gros poisson dans mes mains, se lamente-t-il, un poisson glissant et difficile à tenir. À certains moments, je l'ai laissé glisser. Et alors, le tourment psychologique recommençait. Tout était à recommencer depuis le début...". Spassky commence à se sentir découragé. Frederic Friedel raconte. | Photo: Skáksamband Íslands.

ChessBase 17 - Mega package ChessBase 17 - Mega package

ChessBase est LA base de données d'échecs. Elle s'est établie comme la norme dans le monde entier. Tout le monde utilise ChessBase, du champion du monde à l'amateur qui cherche à développer son savoir et ses compétences dans le roi des jeux.

Plus…

Dans le n° de novembre 1972 de Chess Life & Review, qui est devenu aujourd'hui le magazine officiel de la Fédération américaine des échecs Chess Life, Anthony Saidy écrivit:

Le grand Steinitz était mort dans la pauvreté. Schlechter était mort de faim. Aujourd'hui encore, les meilleurs talents en dehors des pays "socialistes" sont confrontés à l'insécurité, généralement contraints de se tourner vers d'autres occupations. Mais Fischer a senti que les échecs sont un art, que les échecs sont importants, il les a jugés dignes de l'attention dévorante d'un génie. Les récompenses devraient être à la hauteur! Pourquoi un Fischer mériterait-il moins qu'un Muhammad Ali? (Laissons de côté la question de savoir si quelqu'un mérite autant).

Bobby avait beaucoup sacrifié pour les échecs et supporté des indignités. À la veille du match qui allait lui apporter (avec une décennie de retard, estimait-il) le titre, il voulait que la majeure partie des recettes lui reviennent (ainsi qu'à Spassky) et non aux entrepreneurs et organisateurs. Après tout, qui jouait les beaux échecs et rendait tout cela possible?

Fischer était la seule superstar à ne pas avoir d'agent rémunéré, d'avocat ou de chargé de relations publiques. Il ne faisait confiance à personne pour prendre ses décisions et négligeait l'expertise de certains qui auraient pu l'aider. Au cours des dernières semaines avant la date prévue pour le début de la compétition, Fischer, sans représentant autorisé, s'était isolé. Dans un centre de villégiature de New York, il regardait les parties de Spassky et attendait. Personne ne s'assied pour négocier un contrat avec lui, et son seul "accord" est un câble envoyé par lui: Fischer jouera "sous réserve".

Bobby Fischer fait preuve d'une intégrité rare et inflexible et est convaincu de son bon droit. Il sera apprécié par ceux qui préfèrent l'honnêteté à la diplomatie. ("Avant, on me traitait d'arrogant et de vaniteux. Maintenant que j'ai gagné tous ces matches, ils ont arrêté. C'est juste un fait évident que je suis le meilleur").

Pour Fischer, son statut de meilleur joueur du monde était évident pour tous, match ou pas match. Et comme il rendait ses conditions difficiles à remplir pour les organisateurs (non désirés) – et finalement elles devinrent trop difficiles. Je peux témoigner qu'il ne manifestait aucune crainte à l'égard de Spassky. Son adversaire dans cette "guerre des nerfs" était la Fédération islandaise des échecs. Peut-être symbolisait-elle pour lui tous les organisateurs insensibles du passé qui avaient dicté leurs conditions aux grandes stars. Ils ont tout à gagner de sa présence – comme le fait remarquer un homme d'affaires: "Ce match est un casse-tête, mais il nous rapporte des millions de dollars en publicité."

Tout le matériel de Chess Life and Review, y compris le commentaire d'Anthony Saidy et les annotations originales du GM Robert Byrne, apparaît ici avec l'aimable autorisation de US Chess.

Le 11 août 1972, la 13e partie ajournée se termine et Fischer a retrouvé son avance de trois points:

Dans Chess Life & Review, Saidy écrit:

Bobby Fischer a maintenant six victoires franches, un critère qu'il a recommandé depuis longtemps pour décider d'un match de championnat du monde d'échecs. Il semble relâcher ses efforts, se détendre un peu, pour le reste de la partie, à l'exception de plaintes de plus en plus véhémentes concernant le bruit des spectateurs, exigeant le retrait de la première rangée et menaçant même une fois de s'en aller. Les sept parties suivantes furent toutes nulles, Spassky prenant à plusieurs reprises une légère initiative qui s'avéra insuffisante pour gagner.

Dans le magazine New in Chess vol 6/2012, le GM Lubomir Kavalek, qui était à Reykjavik pour le Match du Siècle, à la fois comme journaliste et, dans la seconde moitié, comme l'un des secondants de Fischer, se rappelle:

La 13e partie a sapé l'énergie des deux joueurs et des erreurs mutuelles se sont glissées. Peu importe ce qu'ils font, ils font match nul après match nul. Bobby Fischer fait sept parties nulles d'affilée! C'est presque aussi incroyable que ses victoires 6-0 contre Mark Taimanov et Bent Larsen lors des éliminatoires. "On dirait que vous défendez déjà le titre mondial", l'ai-je taquiné. "Eh bien, j'ai une bonne avance", a-t-il répondu. "C'est vraiment la responsabilité de Spassky d'essayer de gagner des parties. Tous ces matches nuls sont en ma faveur". Épuisé, il se rapprochait de la victoire finale.

My Great Predecessors IV

Garry Kasparov, dans My Great Predessors, vol. 4, décrit ainsi la situation après la treizième partie:

Il est probable qu'après une défaite aussi dramatique, Spassky a finalement réalisé au fond de lui qu'il n'était plus destiné à rattraper son retard. Le challenger menait par +3. Et bien que par la suite l'initiative du match soit passée à Spassky, il était tout à fait incapable de gagner: il lui manquait tout le temps un petit quelque chose. Ce qui l'a affecté, apparemment, c'est le coup psychologique qu'il a subi au début du match. Dans la 14e partie, il a gâché les choses en finale, dans la 15e il "a atteint une position stratégiquement gagnante, mais dans le sens tactique il n'était pas à la hauteur" (Bondarevsky), et dans la 16e il a facilement égalisé dans la variante d'échange de l'Espagnole et a même eu un petit avantage, mais Fischer s'est défendu...

Le match s'achève inexorablement, mais malgré tous ses efforts, Spassky est incapable de réduire l'écart. "Au cours des huit dernières parties, j'ai presque tout le temps eu l'impression que Fischer était comme un gros poisson dans mes mains", a-t-il déploré après le match, "mais un poisson est glissant et difficile à tenir, et à certains moments, je l'ai laissé glisser. Et alors, le tourment psychologique recommençait. Il fallait tout recommencer depuis le début...". Il avait certainement des raisons de se sentir découragé.

Fischer aussi avait ses problèmes. Apparemment, il pensait qu'il allait facilement terminer le match, et une résistance aussi féroce de la part de Spassky fut une surprise désagréable pour lui. Bobby devient à nouveau nerveux.

Byrne dans Chess Life

Robert Byrne. | Photo: Burt Hochberg.

Le GM Robert Byrne, (20 avril 1928 12 avril 2013), était champion des États-Unis en 1972, candidat au championnat du monde en 1974, neuf fois membre de l'équipe américaine aux Olympiades (de 1952 à 1976), professeur d'université et chroniqueur d'échecs au New York Times (de 1972 à 2006). C'était un bon ami que j'ai rencontré à plusieurs reprises. Je me souviens particulièrement d'une visite chez lui à Ossining, New York, où nous avons dîné puis, autour de verres de vin, il a passé des heures à me parler de son séjour à Reykjavik en 1972. Il m'a montré des parties sur un échiquier et a décrit ce qu'il avait vécu à l'époque. J'ai également reçu son livre sur le match, avec une belle dédicace.

Après le très dramatique match 13, Robert Byrne, en direct de Reykjavik, a écrit:

Cette bataille monumentale a mis les deux joueurs dans tous leurs états. Spassky a obtenu un report sur les conseils du médecin du match Uifar Thordarsson, qui a reprogrammé la 14e ronde de dimanche pour mardi. C'est encore trop tôt. La partie a donné lieu à une comédie d'erreurs, Fischer perdant d'abord un ♟, puis Spassky le suivant de près, rendant le ♙ pour rien. Même ces deux piliers ne sont pas à l'abri des nerfs échiquéens. Finalement, choqués dans leur sobriété par leurs erreurs flagrantes, ils ont réussi à faire match nul sans autre incident.

Voici ses notes pour Chess Life and Review (novembre 1972, pp. 686-687):

 

Bataille anti-Najdorf

Dans Chess Life & Review de décembre 1972, Robert Byrne poursuit:

Dans la 15e partie, Fischer est revenu à sa Défense Sicilienne Najdorf favorite, mais même s'il a évité la Variante du "♙ empoisonné" que Spassky a dynamitée dans la 11e partie, il n'a pas pu échapper aux problèmes. Boris a frappé avec une autre de ses puissantes armes anti-Najdorf dès le douzième coup et a forcé le gain d'un ♟ deux coups plus tard, plaçant Bobby dans une partie perdue. Cependant, impatient de forcer la position, Boris a précipité l'avance de son ♙e, jetant la partie dans une tourmente de complications, et jetant également la victoire. Lorsque Spassky rejette la nulle qui lui tend les bras, Fischer se lance dans une attaque sauvage et, après une nouvelle erreur de Spassky, le challenger gagne la partie. Jouant comme si le championnat du monde d'échecs de vitesse était en jeu, malgré un temps largement suffisant, Fischer a finalement commis suffisamment d'erreurs pour assurer la nulle à Spassky.

Spassky se relaxant pendant le match à Reykjavik. | Photo: Skáksamband Íslands.

Nous présentons des notes abrégées du GM Robert Byrne dans Chess Life & Review décembre 1972, pp. 743-745. La partie y est analysée en détail, mais vous pouvez trouver de nombreux détails tactiques en allumant un moteur et en analysant sur notre visionneuse de parties, ci-dessous:

 

Byrne:

À ce stade du match, la lutte acharnée que les deux joueurs y ont menée tout au long commence à faire sentir ses effets. Comme deux boxeurs, Boris et Bobby se battent toujours, mais les coups ne sont plus centrés.

Livre de Byrne

An Analysis of the Fischer/Spassky Chess Match Paperback – by Robert Byrne and Ivo Nei.

Une analyse du championnat du monde d'échecs de 1972 des deux côtés de l'échiquier – une analyse russe et une analyse américaine. Après que tous les livres "urgents" sur l'affrontement échiquéen le plus dramatique de l'histoire – Bobby Fischer contre Boris Spassky – aient eu leur courte place au soleil, ce volume unique et profondément réfléchi fait sa demande pour devenir un classique.

Le GM Robert Byrne, éminent chroniqueur d'échecs du New York Times et champion d'échecs américain de 1972, est à juste titre célèbre pour la rigueur, la précision et la perspicacité de ses analyses échiquéennes:

  • Il démystifie une grande partie des analyses erronées publiées dans les semaines qui ont suivi le match dans des ouvrages admirables par leur rapidité, mais qui manquent naturellement de profondeur.
  • Il apporte un regard nouveau sur les parties, car il est conscient des tensions et des pesanteurs psychologiques des deux Grands Maîtres.

Le GM Ivo Nei, confident de Spassky, l'un des principaux théoriciens russes et membre de l'équipe soviétique à Reykjavik – et lui-même un brillant annotateur:

  • révèle pour la première fois au monde entier de nombreux secrets intrigants du match;
  • jette un nouvel éclairage sur la face cachée des échecs soviétiques, les préparatifs d'avant-match.

Le livre définitif sur le match. Objectif, complet, révélateur, pénétrant... aucun amateur d'échecs ne voudra s'en passer. Quelques exemplaires d'occasion de ce livre sont disponibles chez AbeBooks.


Le 18 août 1972, la 15e partie se termine et Fischer a conservé son avance de trois points.

Temps mis pour jouer chaque coup et ajournement

Voici les temps mis pour jouer les coups des trois parties, tels qu'ils ont été enregistrés par Lawrence Stevens, qui a visité le match à Reykjavik et les a notés à partir des écrans vidéo:

14e partie, 15 août, 1972

Fischer Spassky
Blanc Noir
(ar) (0:07) (ar) (-:01)
1. c4 (0:07)
(Spassky est apparu une minute avant le début de la partie. Lorsque Fischer est arrivé et a joué son coup, Spassky était parti et n'est revenu que trois minutes plus tard.)
(ar) (0:03)
1. e6 (0:04)
2. Nf3 (0:07) d5
3. d4 (0:08) Nf6 (0:05)
4. Nc3 (0:08) Be7 (0:05)
5. Bf4 (0:08) 0-0 (0:11)
6. e3 (0:08) c5 (0:14)
7. dxc5 (0:08) Nc6 (0:15)
8. cxd5 (0:09) exd5 (0:20)
9. Be2 (0:09) Bxc5 (0:20)
10. 0-0 (0:09) Be6 (0:23)
11. Rc1 (0:11) (0:27)
(Spassky a été absent pendant 4 minutes et n'a donc mis que 9 minutes pour saon 11e coup.)
11. ... Rc8 (0:36)
12. a3 (0:12) h6 (0:47)
13. Bg3 (0:16) Bb6 (0:56)
14. Ne5 (0:24) Ne7 (1:08)
15. Na4 (0:45) Ne4 (1:17)
16. Rxc8 (0:48) Bxc8 (1:17)
17. Nf3 (0:53) Bd7 (1:27)
18. Be5 (1:02) Bxa4 (1:27)
19. Qxa4 (1:02) Nc6 (1:27)
20. Bf4 (1:08) Qf6 (1:28)
21. Bb5 (1:16) Qxb2 (1:35)
22. Bxc6 (1:19) Nc3 (1:37)
23. Qb4 (1:22) Qxb4 (1:39)
24. axb4 (1:22) bxc6 (1:39)
25. Be5 (1:23) Nb5 (1:41)
26. Rc1 (1:24) Rc8 (1:46)
27. Nd4 (1:26) f6 (1:57)
28. Bxf6 (1:28) Bxd4 (2:06)
29. Bxd4 (1:28) Nxd4 (2:07)
30. exd4 (1:28) Rb8 (2:07)
31. Kf1 (1:36) Rxb4 (2:07)
32. Rxc6 (1:36) Rxd4 (2:09)
33. Ra6 (1:36) Kf7 (2:09)
34. Rxa7+ (1:36) Kf6 (2:10)
35. Rd7 (1:37) h5 (2:10)
36. Ke2 (1:39) g5 (2:11)
37. Ke3 (1:42) Re4+ (2:13)
38. Kd3 (1:43) Ke6 (2:13)
39. Rg7 (1:46) Kf6 (2:15)
40. Rd7 Ke6
½-½

15e partie, 17-18 août 1972

Spassky Fischer
Blanc Noir
(ar) (0:04)
1. e4 (0:00) c5 (0:04)
(Spassky est parti après avoir joué son premier coup et est revenu 3 minutes après que Fischer ait joué son coup.)
(ar) (0:03)
2. Nf3 (0:03) d6 (0:05)
3. d4 (0:03) cxd4 (0:05)
4. Nxd4 (0:03) Nf6 (0:05)
5. Nc3 (0:03) a6 (0:05)
6. Bg5 (0:04) e6 (0:05)
7. f4 (0:05) Be7 (0:05)
8. Qf3 (0:05) Qc7 (0:05)
9. 0-0-0 (0:07) Nbd7 (0:05)
10. Bd3 (0:07) b5 (0:10)
11. Rhe1 (0:07) Bb7 (0:12)
12. Qg3 (0:07) 0-0-0 (0:43)
13. Bxf6 (0:29) Nxf6 (1:02)
14. Qxg7 (0:34) Rdf8 (1:07)
15. Qg3 (0:41) b4 (1:07)
16. Na4 (0:44) Rhg8 (1:25)
17. Qf2 (0:47) Nd7 (1:28)
18. Kb1 (1:06) Kb8 (1:34)
19. c3 (1:15) Nc5 (1:39)
20. Bc2 (1:19) bxc3 (1:41)
21. Nxc3 (1:21) Bf6 (1:42)
22. g3 (1:25) h5 (1:45)
23. e5 (1:37) dxe5 (1:48)
24. fxe5 (1:37) Bh8 (1:51)
25. Nf3 (1:44) Rd8 (1:56)
26. Rxd8+ (1:46) Rxd8 (1:56)
27. Ng5 (1:47) Bxe5 (1:59)
28. Qxf7 (1:48) Rd7 (1:59)
29. Qxh5 (1:56) Bxc3 (2:00)
30. bxc3 (1:56) Qb6+ (2:01)
31. Kc1 (2:03) Qa5 (2:01)
32. Qh8+ (2:12) Ka7 (2:01)
33. a4 (2:13) Nd3+ (2:05)
34. Bxd3 (2:15) Rxd3 (2:05)
35. Kc2 (2:17) Rd5 (2:07)
36. Re4 (2:18) Rd8 (2:10)
37. Qg7 (2:20) Qf5 (2:12)
38. Kb3 (2:22) Qd5+ (2:18)
39. Ka3 (2:23) Qd2 (2:21)
40. Rb4 (2:27) Qc1+ (2:25)
41. Rb2(s) (2:35) (ar) (2:34)
(Fischer avait 9 minutes de retard pour l'ajournement.)
41. ... Qa1+ (2:34)
42. Ra2 (2:36) Qc1+
43. Rb2 Qa1+
½-½


Liens

 


Après plus de vingt ans passés dans l'organisation du Festival international d'échecs de Bienne (Suisse), Paul Kohler en est maintenant le secrétaire général et le directeur du tournoi fermé des Grands Maîtres (GMT). Depuis septembre 2016, vous pouviez lire ses posts quotidiens et ses tweets pour ChessBase dans la langue de Molière. Dorénavant, c'est sur le portail francophone que vous pouvez lire ses articles.
Discussion et réactions Soumettez vos commentaires aux rédacteurs


Commenter

Règles pour les commentaires

 
 

Pas encore enregistré? S'inscrire