Fischer vs Spassky – Reykjavik 1972 - Fischer mène 6½–3½

Par Paul Kohler
11/12/2022 – Après les deux premières parties traumatisantes, le champion du monde Boris Spassky menait 2-0 dans le match du siècle. Mais Fischer contre-attaque: au cours des huit parties suivantes, il marque 6½ points et prend le large. Les parties 8, 9 et 10 ont été assez spectaculaires, et le reportage ci-dessous de Frederic Friedel nous rafraichit la mémoire. Les plus jeunes lecteurs y apprendront également ce qu'étaient les ajournements et comment étaient traités les coups scellés. | Toutes les photos en noir et blanc proviennent de la Fédération islandaise des échecs Skáksamband Íslands.

ChessBase 17 - Mega package ChessBase 17 - Mega package

ChessBase est LA base de données d'échecs. Elle s'est établie comme la norme dans le monde entier. Tout le monde utilise ChessBase, du champion du monde à l'amateur qui cherche à développer son savoir et ses compétences dans le roi des jeux.

Plus…

Ci-dessus la situation dans le Match du Siècle à Reykjavik, il y a cinquante ans. Fischer avait perdu la première partie de façon traumatisante, puis avait fait défaut dans la deuxième partie. Mené 0-2 dans le match, il a marqué quatre points dans les cinq parties suivantes. Spassky fut dépité par la victoire de Fischer dans la sixième partie – le Russe n'avait jamais encore perdu avec "sa" Tartakower! –. Mais il revient à la septième partie avec détermination. Il lance une attaque très prometteuse qui malheureusement s'effondre et le contraint à se battre pour arracher la nulle.

Le GM Robert Byrne avec Chester Fox, qui avait les droits médiatiques pour le match, sur la scène à Reykjavik.

Dans Chess Life & Review d'octobre 1972, le GM Robert Byrne, qui était à Reykjavik pour rendre compte du match, a écrit en p. 607:

Dans la huitième partie, la tension d'un jeu défensif presque continu se traduit par deux erreurs de Spassky. On peut se demander si la première était une erreur de jugement ou un oubli, mais la seconde était une gaffe naïve qui a privé Boris de toute possibilité de résistance. Sinon, la partie est remarquable pour la deuxième utilisation par Bobby d'une ouverture du côté ♕, l'Anglaise. Il aurait été fascinant de voir comment il avait l'intention de procéder à partir de l'étau de Maroczy qu'il avait mise en place, mais les erreurs de Spassky ont fait sortir la partie des sentiers battus.

Voici les notes de Byrne sur la huitième partie, telles que publiées dans CL&R Oct. 1972, p.609. Toutes les analyses et le matériel de Chess Life & Review sont publiés avec l'aimable autorisation de US Chess.

 

Le légendaire Bent Larsen, que Fischer avait démoli lors du match des Candidats en 1971, abreuvait sur place les spectateurs de ses commentaires.

À propos de la rencontre suivante, Robert Byrne écrivit:

La neuvième partie a été la plus courte et la plus calme du match jusqu'à présent. Après les gaffes de la huitième partie, Spassky avait peut-être besoin de se prouver qu'il ne pouvait pas se laisser abattre. De nombreux Grands Maîtres visent le match nul lors de la partie qui suit une mauvaise défaite pour combattre le sentiment qu'ils ne feront plus jamais rien de bien. Néanmoins, l'ouverture a une valeur théorique considérable, car Fischer a introduit un coup de ♟ entreprenant à son neuvième coup, transplantant une idée de la défense Grünfeld. Boris a tenté de démontrer les faiblesses de l'aile-♛, mais sans parvenir à rien contre la défense tactique précise de Fischer..

 

Dans Bobby Fischer contre le reste du monde, Brad Darrach écrit : "Dans la dixième partie, rien n'a fonctionné pour Spassky. Après une ouverture égale, Bobby a lancé une forte attaque surprise. Spassky commence à se tapoter légèrement le front avec un mouchoir plié. Bobby balance sa chaise d'un côté à l'autre et sourit. S'il prend trois jeux d'avance, Spassky pourra-t-il continuer à jouer? La foule, qui déteste Bobby et admire Spassky, ne veut pas voir le coup tomber, mais personne ne peut détourner le regard. Il y a une fascination dans les exécutions, dit Gligoric. Celle-ci était lente mais minutieuse."

Dans Garry Kasparov on Fischer (My Great Predecessors, Part IV), Kasparov écrit: " Dans la 10e partie, l'Américain est revenu à son jeu favori 1 e4 et a joué, à mon avis, la meilleure partie du match (je sais que Bondarevsky était également de cet avis). Il s'agissait d'une bataille non pas pour la vie, mais pour la mort, et les Noirs se sont également battus dignement. C'est pourquoi je donne à cette partie une note plus élevée qu'à la 6e: ici il y avait plus de combat, plus de résistance!"

 

Le secondant de Spassky, Krogius, a déclaré: "Après la défaite de Boris dans la 10e partie, l'anxiété à Moscou a fortement augmenté... Les directeurs du Comité des sports de l'URSS et de la Fédération des échecs ont suggéré que je prenne l'avion pour Moscou pendant 2 ou 3 jours, pour expliquer le mauvais jeu de Spassky. Heureusement pour moi, Boris a catégoriquement rejeté cette suggestion. Qu'aurais-je dit à nos directeurs sportifs? Il ne sert à rien de pleurer sur le lait renversé. Il y avait des espoirs de renouveau pour Spassky, et les opportunités pour cela, si elles existaient, se trouvaient à Reykjavik, et non à Moscou."

Brad Darrach raconte que pendant cette partie, deux Islandais, un père et son fils, ont observé un homme qui conversait en russe, assis près de la scène. Lorsque la partie a commencé, il a sorti quelque chose de sa poche et l'a mis dans sa bouche. "Puis un fin tube rigide est sorti entre ses lèvres et a pointé vers les joueurs." Chaque fois qu'un policier islandais passait par là, le tube était instantanément ramené dans la bouche de l'homme, et lorsque le policier était parti, il réapparaissait. La police islandaise a enquêté, mais le coupable (et deux assistants apparents) a disparu après le match, et a été rappelé en Russie peu après. On a supposé qu'ils avaient tenté de perturber Fischer avec un sifflet aigu, normalement inaudible pour l'oreille humaine. Mais Bobby souffrirait d'hyperacousie, une sensibilité accrue à certaines fréquences. Tout cela n'est que spéculation, mais c'est plausible à souhait.

Temps mis pour jouer chaque coup et ajournements

Voici les temps mis pour jouer les coups des trois parties, tels qu'ils ont été enregistrés par Lawrence Stevens, qui a visité le match à Reykjavik et les a notés à partir des écrans vidéo:

8e partie, 27 juillet 1972

Fischer - Spassky
Blanc - Noir
(ar) (0:10)
1. c4 (0:10) c5 (0:01)
2. Nc3 (0:11) Nc6 (0:02)
3. Nf3 (0:13) Nf6 (0:13)
4. g3 (0:15) g6 (0:14)
5. Bg2 (0:16) Bg7 (0:14)
6. 0-0 (0:16) 0-0 (0:14)
7. d4 (0:16) cxd4 (0:14)
8. Nxd4 (0:16) Nxd4 (0:14)
9. Qxd4 (0:17) d6 (0:16)
10. Bg5 (0:25) Be6 (0:24)
11. Qf4 (0:25) Qa5 (1:23)
12. Rac1 (0:25) Rab8 (1:31)
13. b3 (0:30) Rfc8 (1:33)
14. Qd2 (0:35) a6 (1:35)
15. Be3 (0:40) b5 (1:40)
16. Ba7 (0:43) bxc4 (1:41)
17. Bxb8 (0:43) Rxb8 (1:41)
18. bxc4 (0:51) Bxc4 (1:41)
19. Rfd1 (0:54) Nd7 (1:45)
20. Nd5 (0:58) Qxd2 (1:46)
21. Nxe7+ (0:58) Kf8 (1:52)
22. Rxd2 (0:58) Kxe7 (1:53)
23. Rxc4 (0:59) Rb1+ (1:54)
24. Bf1 (0:59) Nc5 (1:54)
25. Kg2 (1:02) a5 (1:55)
26. e4 (1:05) Ba1 (2:01)
27. f4 (1:12) f6 (2:01)
28. Re2 (1:19) Ke6 (2:04)
29. Rec2 (1:22) Bb2 (2:08)
30. Be2 (1:25) h5 (2:11)
31. Rd2 (1:28) Ba3 (2:11)
32. f5+ (1:32) gxf5 (2:12)
33. exf5+ (1:34) Ke5 (2:12)
34. Rcd4 (1:38) Kxf5 (2:12)
35. Rd5+ (1:40) Ke6 (2:13)
36. Rxd6+ (1:41) Ke7 (2:13)
37. Rc6 (1:43) 1-0 (2:14)

(ar) indique l'arrivée d'un joueur

9e partie, 1er août 1972

Spassky - Fischer
Blanc - Noir
(ar) (0:10)
1. d4 (0:00) Nf6 (0:12)
(ar) (0:04)
2. c4 (0:04) e6 (0:13)
3. Nf3 (0:05) d5 (0:14)
4. Nc3 (0:06) c5 (0:22)
5. cxd5 (0:07) Nxd5 (0:22)
6. e4 Nxc3
7. bxc3 cxd4
8. cxd4 (0:08) Nc6 (0:23)
9. Bc4 (0:16) b5 (0:43)
10. Bd3 (0:19) Bb4+ (0:46)
11. Bd2 (0:19) Bxd2+ (0:49)
12. Qxd2 (0:19) a6 (0:51)
13. a4 (0:41) 0-0 (0:55)
14. Qc3 (0:46) Bb7 (0:56)
15. axb5 (0:53) axb5 (0:56)
16. 0-0 (0:59) Qb6 (0:58)
17. Rab1 (1:08) b4 (1:03)
18. Qd2 (1:26) Nxd4 (1:14)
19. Nxd4 (1:27) Qxd4 (1:15)
20. Rxb4 (1:27) Qd7 (1:20)
21. Qe3 (1:28) Rfd8 (1:23)
22. Rfb1 (1:31) Qxd3 (1:27)
23. Qxd3 (1:31) Rxd3 (1:27)
24. Rxb7 (1:31) g5 (1:30)
25. Rb8+ Rxb8
26. Rxb8+ Kg7
27. f3 (1:37) Rd2 (1:32)
28. h4 (1:38) h6 (1:41)
29. hxg5 hxg5 ½-½

10e partie, 3-4 août 1972

Fischer - Spassky
Blanc - Noir
(ar) (0:07)
1. e4 (0:08) e5 (0:05)
2. Nf3 (0:08) Nc6 (0:05)
3. Bb5 (0:08) a6 (0:05)
4. Ba4 (0:09) Nf6 (0:06)
5. 0-0 (0:09) Be7 (0:06)
6. Re1 b5
7. Bb3 d6
8. c3 0-0
9. h3 (0:10) Nb8 (0:07)
10. d4 (0:15) Nbd7 (0:09)
11. Nbd2 (0:15) Bb7 (0:12)
12. Bc2 (0:15) Re8 (0:14)
13. b4 (0:16) Bf8 (0:32)
14. a4 (0:18) Nb6 (0:39)
15. a5 (0:26) Nbd7 (0:41)
16. Bb2 (0:40) Qb8 (1:01)
17. Rb1 (0:48) c5 (1:22)
18. bxc5 (0:53) dxc5 (1:28)
19. dxe5 (0:54) Nxe5 (1:28)
20. Nxe5 (0:57) Qxe5 (1:29)
21. c4 (0:58) Qf4 (1:29)
22. Bxf6 (1:05) Qxf6 (1:35)
23. cxb5 (1:05) Red8 (1:46)
24. Qc1 (1:08) Qc3 (1:49)
25. Nf3 (1:10) Qxa5 (1:52)
26. Bb3 (1:18) axb5 (1:54)
27. Qf4 (1:20) Rd7 (2:02)
28. Ne5 (1:22) Qc7 (2:02)
29. Rbd1 (1:25) Re7 (2:13)
30. Bxf7+ (1:25) Rxf7
31. Qxf7+ Qxf7 (2:13)
32. Nxf7 (1:25) Bxe4 (2:13)
33. Rxe4 (1:47) Kxf7
34. Rd7+ (1:48) Kf6 (2:14)
35. Rb7 (1:50) Ra1+ (2:18)
36. Kh2 (1:50) Bd6+ (2:18)
37. g3 (1:51) b4 (2:18)
38. Kg2 (1:53) h5 (2:20)
39. Rb6 (1:57) Rd1 (2:22)
40. Kf3 (1:58) Kf7 (2:25)
41. Ke2(s) (2:16)
Ajournment
(ar) (2:38)
41. ... (2:36) Rd5 (2:39)
42. f4 (2:36) g6 (2:44)
43. g4 (2:38) hxg4 (2:48)
44. hxg4 (2:38) g5 (2:48)
45. f5 (2:48) Be5 (2:50)
46. Rb5 (2:54) Kf6 (2:58)
47. Rexb4 (2:59) Bd4 (2:58)
48. Rb6+ (3:06) Ke5 (2:59)
49. Kf3 (3:06) Rd8 (3:05)
50. Rb8 (3:07) Rd7 (3:06)
51. R4b7 (3:07) Rd6 (3:07)
52. Rb6 (3:12) Rd7 (3:07)
53. Rg6 (3:13) Kd5 (3:14)
54. Rxg5 (3:13) Be5 (3:22)
55. f6 (3:17) Kd4 (3:23)
56. Rb1 (3:17) 1-0

  • Dans la huitième partie, Spassky a mis 59 minutes pour le coup 11, ce qui est de loin le plus long temps pris pour n'importe quel coup de ce match de 21 parties.

  • Dans la neuvième partie, lorsque Fischer est apparu, Spassky était déjà parti et n'est revenu que quatre minutes après le coup de Fischer.

  • Lors de la dixième partie, Fischer a scellé son 41e coup et l'arbitre a avancé son chronomètre de 20 minutes pour terminer la session de cinq heures. L'arbitre a commencé la deuxième session à l'heure le jour suivant, en ouvrant l'enveloppe scellée, et en jouant le 41ème coup scellé de Fischer sur l'échiquier tout en démarrant la pendule de Spassky. Aucun des deux joueurs n'est présent. Fischer arrive le premier, avec 8 minutes de retard. Spassky a 13 minutes de retard.
    Le contrôle de temps suivant était 3:30 au coup 56.

Ajournement en 1972

Certains de nos jeunes lecteurs – y compris les Grands Maîtres au début de leur adolescence, dont les parents n'étaient probablement pas encore nés lorsque tout ce qui précède s'est produit – peuvent ne pas être familiers avec les ajournements aux échecs. Les règles qui étaient en place lors du championnat du monde de Reykjavik sont décrites en détail par Lawrence dans son blog Crack Team:

    À l'époque des ajournements, l'arbitre informait, au bon moment, le joueur au trait que son prochain coup serait un coup scellé. Cela signifie qu'après réflexion, au lieu de jouer son coup sur l'échiquier, le joueur écrit son coup en privé et le place dans l'enveloppe de l'arbitre, qui la scelle. L'arbitre enregistre les temps de jeu et la position, généralement sur l'extérieur de l'enveloppe, pour la reprise ultérieure de la partie. L'arbitre saisit ensuite cette enveloppe et la garde jusqu'à la reprise du jeu. Lorsque la partie reprend, l'arbitre prépare les pendules et l'échiquier, ouvre l'enveloppe, joue le coup scellé, puis appuie sur la pendule du joueur pour commencer la nouvelle session de jeu.

    Quand l'arbitre invite-t-il un joueur à jouer le coup scellé? À la fin de la session de jeu. Dans ce cas, lorsque les deux joueurs ont joué au moins 40 coups ET que cinq heures au total se sont accumulées sur les pendules des joueurs. Si les deux joueurs ont joué 40 coups et que cinq heures ne se sont pas encore accumulées, le joueur qui doit jouer peut contrôler la situation et l'utiliser à son avantage.

    Si ce joueur veut sceller son prochain coup, il peut le décider et attendre que l'arbitre lui demande de le faire. En fait, si le joueur connaît son prochain coup et ne veut pas attendre, il peut demander l'enveloppe à l'arbitre, sceller son coup, et l'arbitre déduira du temps de sa pendule pour compléter les cinq heures totales écoulées nécessaires. Ce temps écoulé supplémentaire est visible sur la pendule lors de la reprise de la partie.

    Au lieu de cela, si le joueur veut que son adversaire scelle son coup, il peut décider de son propre coup et attendre juste avant que les cinq heures soient écoulées. Il joue alors son coup. L'adversaire doit alors soit jouer avant la fin de la session, soit être invité par l'arbitre à sceller son coup.

    Les parties du match ont commencé à 17 heures, et les ajournements ont commencé à 14h30 le jour suivant. La première session durait 5 heures, et les sessions suivantes, si nécessaire, duraient 4 heures, avec un contrôle du temps de 16 coups par heure. Ainsi, les contrôles de temps étaient au 40e coup dans la première session et aux 56e coups 56 et 72e dans la deuxième session. Aucune partie ne s'est prolongée en une troisième session dans ce match.


Liens

 

Après plus de vingt ans passés dans l'organisation du Festival international d'échecs de Bienne (Suisse), Paul Kohler en est maintenant le secrétaire général et le directeur du tournoi fermé des Grands Maîtres (GMT). Depuis septembre 2016, vous pouviez lire ses posts quotidiens et ses tweets pour ChessBase dans la langue de Molière. Dorénavant, c'est sur le portail francophone que vous pouvez lire ses articles.
Discussion et réactions Soumettez vos commentaires aux rédacteurs


Commenter

Règles pour les commentaires

 
 

Pas encore enregistré? S'inscrire

BZH92 BZH92 11/12/2022 12:09
"Coup scellé est une mauvaise traduction de sealed move.
On utilisait en France le terme "coup sous enveloppe".
1