Fischer vs Spassky – Reykjavik 1972 – Fischer mène 8–5

Par Paul Kohler
13/12/2022 – Après dix parties du match du championnat du monde à Reykjavik, en 1972, le score était de 6½-3½ pour le challenger Bobby Fischer. Le match semblait pratiquement terminé – dans les huit dernières parties, Boris Spassky n'avait réussi à marquer que 1½ point. Mais Spassky a joué la variante du ♙ Empoisonné de la Sicilienne Najdorf. "Se battant avec le désespoir des condamnés: il a sensationnellement écrasé son adversaire dans la 11e partie" (Kasparov). Dans la douzième, il a tenu Fischer en échec avec un confortable match nul. Et puis vint la 13e ronde. Fischer joue, pour la première fois dans une partie de haut niveau, la défense Alekhine. Cette partie, magnifiquement annotée par le GM Robert Byrne, s'est avérée être l'une des plus passionnantes du match, comme va nous le raconter Frederic Friedel. | Toutes les photos en noir et blanc proviennent de la Fédération islandaise des échecs Skáksamband Íslands.

ChessBase 17 - Mega package ChessBase 17 - Mega package

ChessBase est LA base de données d'échecs. Elle s'est établie comme la norme dans le monde entier. Tout le monde utilise ChessBase, du champion du monde à l'amateur qui cherche à développer son savoir et ses compétences dans le roi des jeux.

Plus…

Onzième mache – Spassky propose le ♙ Empoisonné

Après dix parties, le score était de 6½-3½ pour Fischer. Le champion en titre n'avait pas gagné depuis la première partie, et dans les huit dernières rondes, il n'avait marqué que 1½ point – sur trois parties nulles. Dans son livre On My Great Predecessors, 4e partie, Garry Kasparov écrira:

Il est intéressant que personne, à mon avis, n'ait attiré l'attention sur une coïncidence stupéfiante: à ce moment-là, le score du match était de 6½–3½ – si l'on écarte le zéro de Fischer pour son défaut dans la deuxième partie, nous avons le résultat final de son match avec Petrossian! Ainsi, s'il s'était agi du meilleur aux 12 parties, comme dans les matches des Candidats, Spassky aurait déjà été sur le chemin du retour....

Cependant, à partir de ce moment du match, le jeu a pris un cours égal. Le champion en titre s'est calmé et a commencé à se battre avec le désespoir des condamnés: il a écrasé son adversaire de façon sensationnelle dans la 11e partie (la seule occasion où Fischer a risqué de répéter une variante qui s'était produite auparavant: la 7e partie était également une Sicilienne avec ...♛xb2) et ensuite il a obtenu de manière convaincante une nulle dans la 12e partie.

Dans le magazine New in Chessvol 6/2012, pp.60-68, le GM Lubomir Kavalek, qui était à Reykjavik pour le Match du Siècle, à la fois comme journaliste et, dans la seconde moitié, comme un des secondant de Fischer, se souvient:

La [onzième] partie m'a rappelé mon premier match contre Fischer, lors de l'Interzonal de Sousse en 1967, qu'il a quitté d'une façon qui est restée célèbre alors qu'il était en tête. Il n'a laissé à ses adversaires que trois nulles, en gagnant sept parties. Nous avons joué la variante du ♙ Empoisonné de la Sicilienne Najdorf à laquelle, devant la nouveauté de Fischer, j'ai ajouté un ♘ empoisonné. Cela a lancé une nouvelle tendance et le ♘ a été sacrifié de nombreuses façons différentes depuis lors. Bobby s'est emparé du ♘ avec ardeur, mais a fait un seul faux pas et a dû trouver une échappatoire difficile pour sortir de la pente glissante et faire nulle. "Vous avez ajouté une brique colossale à la théorie des ouvertures", a commenté Larsen à propos de la partie.

Mais j'ai aussi vu deux côtés différents de Fischer. Pendant la partie, Bobby a demandé plus de lumière et nous avons fini par changer de table, pour nous rapprocher de la fenêtre. Nous avions l'impression de jouer dans un studio de télévision, mais ce n'était pas suffisant pour lui. Deux lampes supplémentaires ont été apportées, et c'était comme jouer aux échecs sur la plage, sous le soleil de midi.

 

Douzième manche — Une nulle à contrecœur 

Fischer a fait une tentative obstinée pour récupérer le point, mais bien qu'il ait obtenu un petit avantage au début du milieu de partie, il n'a trouvé aucun moyen de le faire valoir, même avec la paire de ♗♗. La partie a finalement été nulle.

Treizième manche – Fischer joue l'Alekhine!

Dans l'article de New in Chess cité plus haut, le GM Lubomir Kavalek, décrit ainsi ce qui s'est passé dans cette ronde décisive:

La 13e partie a laissé de nombreux joueurs perplexes même après sa fin. Ce fut une bataille épique et, selon Mikhail Botvinnik, le patriarche des échecs soviétiques, la plus grande réussite de Fischer dans ce match. "Rien de tel ne s'était produit auparavant aux échecs", déclara-t-il Botvinnik d'ailleurs. Son ancien challenger au championnat du monde, David Bronstein, a rejoué la partie de nombreuses fois. Elle resta pour lui une énigme. "Comme un sphinx mystérieux, elle continue de taquiner mon imagination", dira-t-il. La partie avait un numéro malchanceux et avait tout le côté dramatique d'une partie de swing. 

De son côté, Garry Kasparov indiquera, toujours dans le même livre:

Après la nulle convaincante de Spassky dans la 12e partie, Fischer réalisa que l'obstination n'était pas une bonne chose, et il décida temporairement d'abandonner la Sicilienne. Pour la première fois dans le match, il employa la Défense Alekhine, ce qui fut une autre surprise désagréable pour Spassky.

Nikolai Krogius, assistant de Boris Spassky lors de ses matchs de championnat du monde contre Petrosian en 1969, et Fischer en 1972 avouera:

Je vais le dire franchement: aucune analyse sérieuse de variantes pour les Blancs dans cette ouverture n'avait été faite. Cela s'est produit, parce qu'un certain nombre d'experts, y compris Spassky lui-même, étaient convaincus que Fischer était extrêmement constant dans ses goûts d'ouverture et que contre 1 e4 il était peu probable qu'il joue autre chose que la Défense Sicilienne.

Dans le n° de novembre 1972, dans Chess Life & Review, qui est devenu aujourd'hui le magazine officiel de la Fédération américaine des échecs, le GM Robert Byrne, en reportage à Reykjavik, écrit:

La 13e partie fut une bataille passionnante. Fischer déclencha une Défense Alekhine surprise, prenant rapidement l'initiative et arrachant un ♙. Comme Spassky n'aimait pas la position dans laquelle il serait forcé de se trouver s'il jouait pour récupérer le ♙, il l'a sacrifié définitivement et s'est lancé dans une attaque sur l'aile-♚. Une imprécision de Fischer alimente l'assaut dans des proportions alarmantes, mais au moment crucial, le champion vacille et dérive vers une finale avec un  de moins.

Cela aurait pu, peut-être, être la fin de l'histoire, sauf que Bobby a pris les choses trop à la légère et a gâché la victoire quelques coups avant l'ajournement. Lorsque la partie a repris, il a fourni un effort incroyable dans la finale, sacrifiant un ♝, permettant à sa ♜ d'être emprisonnée et, en fait, allant vers une victoire avec ♚ et cinq ♟ contre le ♔♖. La nulle était à portée de main pour Spassky, mais il était épuisé après tant d'heures de jeu – il a gaffé au 69e coup et a perdu.

 

On August 11th 1972, exactly 50 years ago, the 13th game adjournment session ended and Fischer had restored his three-point lead.

Tout le matériel de Chess Life and Review, y compris les annotations originales du GM Robert Byrne, apparaît ici avec l'aimable autorisation de US Chess.


Liens


Après plus de vingt ans passés dans l'organisation du Festival international d'échecs de Bienne (Suisse), Paul Kohler en est maintenant le secrétaire général et le directeur du tournoi fermé des Grands Maîtres (GMT). Depuis septembre 2016, vous pouviez lire ses posts quotidiens et ses tweets pour ChessBase dans la langue de Molière. Dorénavant, c'est sur le portail francophone que vous pouvez lire ses articles.
Discussion et réactions Soumettez vos commentaires aux rédacteurs


Commenter

Règles pour les commentaires

 
 

Pas encore enregistré? S'inscrire