Fritz fête ses 30 ans (3)

Par Paul Kohler
18/11/2021 – La nouvelle version Fritz 18 sortira à la mi-novembre, en même temps que le fameux programme d'échecs fête ses 30 ans. En effet, c'est en novembre 1991 que ChessBase lançait son premier programme de jeu d'échecs pour PC. À l'occasion de cet anniversaire, nous revenons sur cette belle histoire avec deux séries d'articles, l'une du cofondateur de ChessBase, Frederic Friedel, et l'autre du rédacteur en chef, depuis 2001, de votre site préféré, André Schulz. Ci-dessous le troisième article de la série de Frederic Friedel.

ChessBase 16 - Mega Paquet Edition 2022 ChessBase 16 - Mega Paquet Edition 2022

Votre clef pour des idées neuves, des analyses précises et un entraînement ciblé. ChessBase 16 + MEGA 2022 + abonnement CBM (6 numéros) + compte ChessBase Premium (1 an) + 250 Ducats

Plus…

En 2003, un match titanesque opposant l'homme à la machine eut lieu à New York. Garry Kasparov affrontait "X3D Fritz", un programme d'échecs qui utilisait un matériel révolutionnaire doté d'un nouveau logiciel permettant d'obtenir des images 3D radicalement réalistes, flottant comme un hologramme devant l'écran. Le match a connu un succès sans précédent, générant plus de couverture médiatique que n'importe quelle partie d'échecs précédente dans l'histoire. Il a également été riche en aventures pour l'équipe de ChessBase.

Marc Armand Rousso, entrepreneur, philanthropeet amateur du jeu d'échecs, a fait fortune aux États-Unis en tant que négociant de timbres. Il est connu pour avoir acheté le Tre skilling jaune, l'un des timbres les plus précieux de tous les temps. Il a ensuite fondé de nombreuses entreprises. L'une d'entre elles fabriquait l'écran X3D, dont le logiciel permettait d'obtenir, avec ou sans lunettes, des images 3D d'un réalisme saisissant, semblant carrément sortir de l'écran et pénétrer dans la pièce.

Pour promouvoir cette technologie, Rousso a décidé d'organiser une partie d'échecs à New York - jouée sans échiquier ni pièces. Pour cela, il a contacté ChessBase, nous demandant d'utiliser sa technologie pour créer un logiciel d'échecs virtuel en 3D - il y a vingt ans maintenant de cela!

Heureusement, nous avions un nouveau programmeur dans notre équipe, quelqu'un qui était vivement intéressé par les nouvelles technologies. Jeroen van den Belt s'est mis au travail pour créer une version de Fritz répondant aux besoins d'Armand. X3D Fritz pouvait afficher un échiquier vivant et animé, et acceptait les commandes vocales pour les jouer les coups!

Dans le cadre de ce projet - et d'autres projets menés par Rousso -, je me suis personnellement rendu à New York à plusieurs reprises avec Jeroen. Ce fut une véritable aventure. Lors de nos séjours, Armand nous mettait à disposition son merveilleux appartement à Manhattan.

La vue sur l'Hudson depuis le salon de l'appartement d'Armand - spectaculaire, n'est-il pas?

Ma chambre donnait directement sur Ground Zero, où le World Trade Center s'était effondré deux ans plus tôt.

Qui serait invité à jouer contre X3D Fritz? Pour Armand, les choses étaient claires: ce devait être Garry Kasparov. Et il devait jouer sans échiquier ni pièce.

Nous (Frederic et Jeroen) avons testé la technologie avec un certain nombre de professionnels des échecs...

Susan Polgar, qui nous a aidés dans nos préparatifs, a trouvé la technologie parfaitement acceptable.

Test de la technologie X3D: Le GM Ian Rogers et la championne américaine Anna Hahn.

Garry, à ma grande surprise, a spontanément accepté de jouer sur l'échiquier virtuel de Jeroen, en portant des lunettes et en dictant ses coups. En fait, il adore les nouvelles technologies!

Le match a donc été organisé en novembre 2003. Pour nous, cela a commencé par une autre aventure. C'est une histoire que je dois raconter.

Le rodage

Notre vol partait à 07h15 de Hambourg. Mathias Feist, le programmeur de Fritz, voyageait avec moi. Nous sommes arrivés au bureau de ChessBase, qui se trouve à 15 minutes de l'aéroport, peu avant six heures du matin. Mathias devait y récupérer son carnet de notes, qui contenait toute la préparation principale pour le match, et quelques CD d'installation importants Tout avait été préalablement soigneusement préparé.

Lorsque nous sommes arrivés devant le grand immeuble qui abrite notre bureau, celui-ci était entouré de voitures de police. Nous avons été arrêtés et un officier de police bien armé nous a demandé ce que nous voulions exactement. Lorsque nous lui avons dit que nous avions l'intention de monter dans nos bureaux, il nous a répondu qu'il n'en était absolument pas question. Il y avait des cambrioleurs quelque part dans le complexe immobilier, probablement armés et dangereux. Les policiers attendaient d'autres équipes d'intervention et des chiens avant de pénétrer dans les lieux.

C'était un sacré dilemme. Nous n'avions pas le temps d'attendre et nous avons expliqué la gravité de la situation. Au bout d'un moment, les agents ont accepté de nous laisser monter l'escalier jusqu'à notre bureau, où nous avons promis de nous faufiler rapidement pour extraire le carnet et les CD. "Cela ne nous prendra qu'une minute", ai-je dit, "et ensuite nous serons partis d'ici".

La police a constitué une petite équipe d'intervention pour nous accompagner à l'étage. Quand nous sommes arrivés à notre étage, voici ce que nous avons trouvé :

Oui, les cambrioleurs avaient pénétré dans notre bureau, nous étions l'objet de leurs mauvaises intentions! Notez que nos portes sont faites de verre fortement renforcé. Ils s'y sont introduits en enfonçant une plaque d'égout en fonte.

Les trois hommes de l'équipe d'intervention nous ont demandé de rester en retrait et ont pénétré dans les locaux. Tout était saccagé, les ordinateurs avaient été vandalisés, les tiroirs ouverts, les coffres détruits. Armes au poing, ils ont sécurisé la moitié avant du bureau, ce qui nous a permis d'entrer dans la pièce où le carnet et les CD avaient été déposés à notre intention. Mais bien sûr, il n'y avait aucun ordinateur portable en vue. Seuls les CDs des Tablebase étaient intacts. Nous les avons pris et nous nous sommes précipités à l'aéroport. Nous avons attrapé notre avion avec quelques minutes d'avance. Mathias a passé la première partie du vol à secouer la tête. Quelque part au-dessus de l'Atlantique, après avoir pris un verre de l'excellent vin rouge de la Lufthansa, nos mains ont cessé de trembler et nous avons pu commencer à réfléchir à la façon de contourner les dommages qui avaient été causés à nos préparatifs pour le match (les autres membres du personnel à Hambourg pourraient trouver comment réparer les dommages causés à nos installations).

Le match

Avant le début du match Kasparov contre X3D Fritz, le statisticien Jeff Sonas a suivi les progrès des meilleurs programmes par rapport au joueur le plus fort du monde. Il constata que le niveau des ordinateurs se rapproche...

A l'époque, le GM Joel Lautier a résumé le match en deux points clés:

La première partie fut une affaire désordonnée, Kasparov surpassant l'ordinateur en début de partie avec un sacrifice typique de ♙, mais ne parvenant pas à convertir son avantage en raison de la défense automatique de l'ordinateur.

La deuxième partie a été un crève-cœur pour Garry, car il avait habilement surpassé X3D Fritz une fois de plus, avant de gâcher la partie en un seul coup. Comme nous le verrons, c'est comme si l'ordinateur avait pressenti que le champion humain pouvait se tromper exactement comme il l'a fait, car le motif tactique qui a pris Kasparov au dépourvu a été très astucieusement provoqué par la machine.

La troisième partie a été le rêve de tout GM. L'ordinateur a introduit un schéma d'ouverture malheureux qui a laissé la position complètement bloquée. Incapable de concevoir un plan à long terme, l'ordinateur a mélangé ses pièces sans but, tandis que Kasparov rassemblait patiemment les siennes pour porter le coup gagnant. Dans une position qu'il considérait toujours comme inférieure mais pas perdue pour lui, l'ordinateur a été contraint d'abandonner par une équipe de programmeurs embarrassée.

La dernière partie est un peu un anti-climax, Kasparov jouant très prudemment pour obtenir une nulle dans la partie et dans le match en général.

 

Quatre parties, c'est insuffisant pour évaluer les forces relatives des joueurs quand ils sont si proches. En fait, cette rencontre n'a pas apporté de lumière nouvelle sur les échecs par ordinateur. La machine a gagné et perdu de la manière à laquelle nous étions habitués et Kasparov a raison de dire qu'il a dominé dans la plupart des parties. Cependant, son extrême nervosité face aux machines lui a une fois de plus joué des tours, et il n'a pas été capable de capitaliser sur ses meilleures positions.

Voici la quatrième partie, annotée pour nous par Mig Greengard, suivie de la première partie, non annotée:

 

Bombe médiatique

Le match entre Kasparov et X3D Fritz a connu un succès sans précédent, générant plus de couverture médiatique que n'importe quelle partie d'échecs dans l'histoire. À un moment donné, 46 000 articles étaient répertoriés dans Google, l'événement a été retransmis en direct sur Internet à des millions de téléspectateurs, et il a été diffusé pendant 17½ heures en direct sur la plus grande chaîne sportive câblée d'Amérique, ESPN.

Analyse d'après-match, avec Kasparov, Maurice Ashley, Paul Hoffman et Yasser Seirawan.

Camions de diffusion satellite en direct à l'extérieur de la salle, dans les salons chics du New York Athletic Club.

Liens

 


Après plus de vingt ans passés dans l'organisation du Festival international d'échecs de Bienne (Suisse), Paul Kohler en est maintenant le secrétaire général et le directeur du tournoi fermé des Grands Maîtres (GMT). Depuis septembre 2016, vous pouviez lire ses posts quotidiens et ses tweets pour ChessBase dans la langue de Molière. Dorénavant, c'est sur le portail francophone que vous pouvez lire ses articles.
Discussion and Feedback Join the public discussion or submit your feedback to the editors


Commenter

Règles pour les commentaires

 
 

Pas encore enregistré? S'inscrire