Sophie Milliet à l'interview

Par Tatiana Flores
24/08/2021 – La MI française Sophie Milliet est née le 02 novembre de 1983 à Marseille. Elle a obtenu le titre de MI en mars 2009. Depuis, elle a connu de nombreux succès, remportant notamment six fois le championnat national d’échecs féminin. Elle a également participé deux fois aux Olympiades et une fois à la Coupe du Monde. Elle joue aussi pour plusieurs clubs dans différents pays. Dans cette interview exclusive donnée à Tatiana Flores, elle parle des bénéfices que les échecs ont apportés à sa vie, de ses tournois et parties les plus importantes, ainsi que de son engagement pour donner plus de visibilité aux échecs féminins. | Photos: Tatiana Flores / Sophie Milliet.

ChessBase 16 - Mega Paquet Edition 2021 ChessBase 16 - Mega Paquet Edition 2021

Votre clef pour des idées neuves, des analyses précises et un entraînement ciblé. ChessBase 16 + MEGA 2021 + abonnement CBM (6 numéros) + compte ChessBase Premium (1 an) + 250 Ducats

Plus…

Tatiana Flores pour ChessBase. L’interview a eu lieu en français le 05.08.2021 à 15 heures via Zoom.

J’ai lu que vous êtes très sportive. Quels autres sports pratiquez-vous? Pouvez-vous les combiner avec les échecs?

Oui, j’aime beaucoup le sport. Je pense que c’est un très bon complément au fait de jouer aux échecs professionnellement, ça m’aide à avoir une bonne condition physique lors des tournois. Je fais beaucoup de badminton et parfois même, je participe à des petits tournois quand j’en ai l’occasion. C’est vrai, qu’avec le temps que prennent les échecs, ce n’est pas toujours facile de se libérer le weekend. Mais je vais aussi régulièrement à la salle de sport.

Quels ont été les tournois les plus importants que vous ayez joués?

Depuis 2003, je fais partie de l’équipe nationale de France, donc depuis j’ai joué les championnats d’Europe et les Olympiades par équipe et j’ai eu l’occasion de jouer une fois la coupe du monde. J’ai aussi eu la chance d’avoir été invité pour des gros tournois fermés, notamment aux tournois du Cap d’Agde en deux occasions et au Chess Festival de Salamanca où participent les joueurs et joueuses du top mondial. C’était une très bonne expérience.

Sophie Milliet

Sophie Milliet a remporté de nombreuses victoires pour son pays (photo Yovie Insan Nugraha pour JAPFA 2019).

Quelles ont été vos parties les plus significatives ou anecdotiques?

Mes plus grandes performances ont été justement dans un de ces tournois du Cap d’Agde où j’ai réussi à faire match nul contre Anatoli Karpov, qui est quand même une légende des échecs, ce qui me rend très fière, et dans le tournoi de Salamanca, après avoir souffert toute la partie, j’ai finalement obtenu aussi un match nul contre Veselin Topalov (elle rit).

 
 

Partie Topalov-Milliet (Salamanca Chess Festival 2019) et Karpov-Milliet (Cap D’Agle rapid 2010)

Le moment le plus difficile et le moment le plus joyeux dans votre carrière professionnelle?

Je dirais que le championnat individuel de France est un tournoi très important pour moi. Chaque année, c’est un gros objectif et je pars plutôt favorite. Selon les années, j’ai réussi à gérer plus ou moins bien la pression.
Les années dont je n’y suis pas arrivée, je ne prenais pas plaisir à jouer et c’était donc très dur. Par contre les années où je me sentais bien, j’ai réussi à gagner. Depuis, j’ai remporté le tournoi à six reprises.

Quels sont vos projets pour le reste de l’année?

Je suis très contente parce que j’ai à nouveau un programme bien chargé, qui reprend enfin après un an et demi de pause, ce qui a été un peu trop long pour moi. La semaine prochaine, je vais jouer le championnat féminin d’Europe et à la fin du mois, l’open de Tenerife San Cristóbal de La Laguna. Je jouerais aussi beaucoup de compétitions par équipes. Notamment avec mon nouveau club italien ASD Pedone Isolano, mon club belge Wachtebeke, naturellement mon club allemand Schwäbisch Hall et mon club espagnol Manlleu.

Sophie Milliet donne une simultanée en Catalogne pour son club Manlleu en mai 2021 (photo Gabri Reyes).

Comment décririez-vous votre style de jeu?

Mon style de jeu… Bonne question ! (elle rit). Je dirai que je suis une joueuse assez complète. En général, je travaille tous les aspects du jeu également et j’aime bien prendre l’initiative. Je suis plutôt une joueuse dynamique.

Avez-vous eu un modèle ou une personne de référence parmi les joueurs ou joueuses d’échecs?

Je ne suis pas très sûre. C’est vrai, que je suis de la génération quand Kasparov dominait les échecs, quand j’étais jeune, et en plus, j’aimais beaucoup son style de jeu. Je pense que ça m'a influencé un peu quand même dans mon développement comme joueuse d’échecs.
Puis il y a Judit Polgar, qui a été un grand exemple pour toutes les joueuses d’échecs. Elle était une joueuse exceptionnelle et d’ailleurs, j’ai eu la chance de jouer contre elle, mais cette fois-là, j’ai perdu! (elle rit).

Quels sont les avantages que les échecs vous ont apportés?

Je crois que l’un des grands avantages d’être joueuse d’échecs, c’est que ça me permet de voyager beaucoup. J’ai eu la possibilité de jouer des tournois un peu partout dans le monde, parfois même très loin. En particulier, j’ai eu un gros coup de cœur pour l’Indonésie, où j’ai joué plusieurs fois.
Ceci m’a permis de rencontrer des gens qui ont une culture très différente à la mienne, mais avec lesquels je me sens quand même très proche grâce aux échecs.

Grasse

Sophie Milliet joue pour le club de Grasse Échecs (Top 12) en juin 2021.

Qu’est-ce que vous changeriez ou amélioreriez dans le monde des échecs ?

Je crois qu’en général, la place des femmes pourrait être bien améliorée dans le monde des échecs. On pourrait mettre beaucoup plus en avant les joueuses pour promouvoir les échecs sur la scène internationale et nationale.
Après le succès du «Queen’s Gambit », on aurait pu croire que ça allait aider à populariser les échecs féminin, mais je pense que ça n’a pas été le cas.
Le développement des échecs au féminin est une cause qui me tient particulièrement à cœur.
Lors des élections de la fédération française des échecs cette année, je me suis engagée auprès de la liste de Joël Gautier pour aller dans ce sens.

Je sais que vous êtes fan du manga “Blitz” de Cédric Biscay. Pensez-vous que l’art peut être un bon moyen pour rapprocher les échecs du grand public?

Oui! Je pense que les échecs peuvent être reliés à beaucoup de domaines comme l’art, ou même le milieu de l’entreprise. Lorsque j’en parle avec les gens, il est facile de trouver rapidement des rapprochements. Je trouve que c’est super intéressant. C’est vrai que la sortie du manga sur les échecs a été une très belle surprise.
J’aime beaucoup le lire et c’est très amusant de voir représenté dans le style manga le combat qu’on retrouve dans les parties d’échecs, ainsi que l’approche psychologique qui en est faite. Il y a beaucoup d’aspects intéressants qui sont très réalistes. Je l’aime beaucoup.

Merci beaucoup pour votre temps Mme Milliet, l'équipe de ChessBase vous souhaite tout le meilleur!

 

Tatiana Flores est née en Andorre en 1998 et a déménagé en Allemagne avec sa famille lorsqu'elle avait 14 ans. Elle travaille en tant que journaliste spécialiste des échecs, poète et auteur multilingue. Outre les échecs, elle est également passionnée de littérature et de musique.
Discussion and Feedback Join the public discussion or submit your feedback to the editors


Commenter

Règles pour les commentaires

 
 

Pas encore enregistré? S'inscrire