Novak Djoković, pandémie, tennis et jeu d'échecs

Par Paul Kohler
11/01/2022 – Ce qui est vraiment important, c'est la perception et les sentiments que des sportifs de la stature de Novak Djoković et d'autres personnes extérieures au monde du sport, comme Lewis Hamilton en course automobile, Cristiano Ronaldo en football ou Magnus Carlsen lui-même aux échecs, peuvent exprimer par rapport à la question de la pandémie, du confinement prolongé, des restrictions de voyage, de la participation à des événements de masse et de l'impact que ces facteurs ont sur la performance globale des sportifs, qu'ils soient professionnels ou non. | Photo: Nadja Wittmann (ChessBase). | Adaptation d'un article en espagnol d'Uvencio Blanco Hernández.

ChessBase 16 - Mega Paquet Edition 2022 ChessBase 16 - Mega Paquet Edition 2022

Votre clef pour des idées neuves, des analyses précises et un entraînement ciblé. ChessBase 16 + MEGA 2022 + abonnement CBM (6 numéros) + compte ChessBase Premium (1 an) + 250 Ducats

Plus…

Le cas Djoković

Quelques jours avant le début de l'Open d'Australie 2022, une controverse est née autour du n°1 mondial du tennis professionnel, le Serbe Novak Djoković, lequel est suspecté de pas avoir respecté certaines restrictions imposées par le gouvernement australien aux personnes non injectées contre le covid qui veulent cependant entrer sur le continent.

La plupart des différents gouvernements du monde ont décidé de s'appuyer sur des programmes d'injection de masse et la mise en place d'une série de mesures sanitaires strictes au motif de lutte contre le SRAS-cov-2.

L'Australie, dont le territoire insulaire s'étend sur plus de 7,75 millions de km2 et qui compte un peu plus de 25 millions d'habitants, a concentré ses efforts sur les frontières aériennes et maritimes du pays, espérant ainsi empêcher la propagation de nouveaux variants du virus.

S'appuyant sur une dérogation possible à la règle selon laquelle les joueurs doivent être vaccinés pour participer à l'Open d'Australie, Novak Djoković, qui n'a pas l'intention de se faire injecter, a présenté aux autorités douanières et d'immigration "un permis d'exemption médicale qui a été accordé par deux comités d'experts indépendants", documents avec lesquels il espère être autorisé à jouer l'édition 2022 de l'Open de tennis d'Australie.

Mais les gardes-frontières australiens n'ont pas jugé ces documents conformes, et ont sans ménagement procédé au placement en détention dans un hôtel miteux faisant office de centre d'internement de celui dont Ben Solomon, du New York Times, a écrit: "Dédaigneux de la pandémie, il est devenu le plus grand sceptique du vaccin dans le tennis professionnel." En l'attente de la décision sur la procédure d'expulsion engagée par les autorités, Nole a temporairement recouvré la liberté, suite au recours que ses avocats ont produit contre la décision d'invalidation des documents justifiant la légitimité de son visa.

Rappelons qu'en 2020, la star mondiale du tennis à diviser la famille du tennis professionnel en deux en affirmant:

"Personnellement, je suis opposé à la vaccination et je ne voudrais pas être forcé par quelqu'un à me faire vacciner pour pouvoir voyager. Mais, si cela devient obligatoire, je devrai prendre une décision. J'ai mes propres pensées sur cette question et je ne sais pas si ces pensées changeront un jour.

Ce type de déclaration de Djoković, faite dans une atmosphère d'incertitude et de lutte contre les nouvelles variantes du virus, a déclenché des signaux d'alarme et divisé les opinions de 

À cet égard, la presse rappelle que les mesures sanitaires actuelles, prises en présence de variantes telles que Delta et Omicron, obligent à être plus strict quant à l'entrée des touristes dans le pays. Par exemple, en 2021, le processus de vaccination commençait à peine et les contrôles aux frontières étaient effectués par des tests PCR, une situation qui a radicalement changé un an plus tard.

La situation est intéressante à plusieurs points de vue. Les avis sont contradictoires, voire polarisés. Nous parlons de questions telles que la liberté d'opinion, la liberté de transit et de circulation sur un territoire, les conséquences des politiques "les vaccins sinon rien", le sponsoring sportif, le sport en tant que business, les manœuvres politiques du parti au pouvoir, l'apartheid social qui se met en place et, bien sûr, la santé.

Comment les sportifs de haut niveau perçoivent-ils cette pandémie persistante?

Indépendamment de la décision finalement prise par le gouvernement de Canberra, concernant ce cas controversé et la participation de "Djoko" au tournoi, nous allons nous intéresser ici à la perception et aux sentiments que des sportifs de la stature de Novak Djoković et d'autres athlètes d'exception tels que Lewis Hamilton en course automobile, Cristiano Ronaldo en football ou Magnus Carlsen lui-même aux échecs, peuvent exprimer par rapport à la question de la pandémie, du confinement prolongé, des restrictions de voyage, de la présence à des événements de masse et aux tournois d'échecs, et de l'impact de ces facteurs sur la performance globale des sportifs; qu'ils soient professionnels ou non.

Dans le contexte de la plandémie, nous allons nous poser les questions suivantes:

  • le confinement affecte-t-il l'activité physique et les performances sportives dans les disciplines de force, de vitesse et de puissance? 
  • dans les sports de l'esprit tels que les échecs, peut-on observer une diminution des compétences telles que l'attention, la résolution de problèmes et la prise de décision?
  • des traits de personnalité importants tels que l'extraversion, le névrosisme et la rigidité psychologique affectent-ils les performances des experts dans leur domaine?
  • quelles sont les conséquences non seulement sur l'entraînement et les performances sportives, mais aussi sur la santé mentale, émotionnelle et physique, les relations sexuelles et sociales, les troubles de l'alimentation et du sommeil, ainsi que, finalement, la structure de la civilisation telle que nous la connaissions, qui est désormais scindée en deux catégories - les injectés et les non-injectés, et, bientôt comme en Chine, les détenteurs du passe (ceux à qui il reste suffisamment de crédit social sur leur permis de circuler, d'acheter et de vendre) et les autres.

Cette perception ou vision que ces athlètes réputés expriment sur cette réalité est importante à connaître et à évaluer, car elle impacte leurs fans, les médias et le grand public.

Covid, le confinement et les schémas comportementaux

Signalons ici le travail intéressant de Fuentes-Patiño, Villafaina et Clemente-Suárez, intitulé "The effect of COVID-19 confinement on the behavioural, psychological and training patterns of chess players" (2020). Dans cette étude, les auteurs déclarent que le but de l'étude est "d'analyser l'effet du confinement sur le comportement, la psychologie et l'entraînement des joueurs d'échecs en fonction de leur sexe, de leur niveau d'éducation et de leur niveau d'échecs".

Dans le résumé de la recherche, ces chercheurs rappellent que l'affaire covid a évidemment eu également des répercussions dans le monde du sport, qui a vu, entre autres le report des Jeux olympiques de Tokyo ou, dans le domaine des échecs, la suspension du Tournoi des Candidats 2020.

Par rapport aux exigences relatives des échecs en tant que sport de compétition, les auteurs insistent sur son caractère psychophysiologique, avec de longue durée d'entraînements, de même que les tournois et les parties. Cela entraîne une accoutumance tout à fait particulière à un stress mental, émotionnel et physique, qui peut donner aux joueurs d'échecs un avantage pour faire face aux situations de quarantaine.

Les chercheurs ont examiné différentes populations de joueurs d'échecs. Ils ont travaillé avec des échantillons de joueurs d'échecs dans des pays où le confinement était obligatoire, de joueurs d'échecs professionnels, de joueurs de haute performance, de joueurs de compétition et de joueurs amateurs.

Parmi les résultats les plus remarquables de l'étude, citons:

  • Les joueurs d'échecs ont significativement diminué leur activité physique quotidienne tout en augmentant leur pratique des échecs pendant la période de confinement.
  • Les niveaux d'anxiété sont restés modérés.
  • Les joueurs amateurs ont montré un niveau d'alarme sociale significativement plus élevé que les joueurs professionnels et de haut niveau.
  • Les joueurs professionnels ont montré des valeurs d'extraversion (1) plus élevées que les joueurs de haut niveau et les amateurs.
  • Les joueurs professionnels ont montré des valeurs de névrosisme (2) plus élevées que les joueurs de haut niveau.
  • Les joueurs professionnels ont montré des scores plus élevés en terme de rigidité psychologique (3) que les joueurs de compétition.
  • Les joueurs d'échecs ayant un niveau d'études supérieur ont montré des niveaux plus élevés d'inquiétude personnelle et d'anxiété face au covid, ainsi qu'une moindre inflexibilité psychologique par rapport à ceux ayant un niveau d'études inférieur.

Sur la base de ces résultats, les auteurs en ont conclu que:

  • Si les confinements dus au covid affectent négativement les joueurs d'échecs dans leur activité physique, ils augmentent leur pratique du jeu d'échecs et les maintient dans des niveaux modérés d'anxiété.
  • La perception de l'alarme sociale est plus élevée chez les joueurs de niveau inférieur.
  • L'extraversion, le névrosisme et l'inflexibilité psychologique sont plus élevés au plus haut niveau de jeu.
  • Une meilleure réussite scolaire semble être corrélée à des niveaux plus élevés d'inquiétude et d'anxiété personnelles en raison de niveaux plus faibles d'inflexibilité psychologique.
  • Les joueurs d'échecs, notamment ceux d'un niveau technique supérieur, auraient su adapter leur profil psychologique aux situations de confinement et aux niveaux inquiétants d'inactivité physique.

Définitions

(1) Extraversion: trait de personnalité dans lequel le sujet est plus axé sur le développement d'une relation avec le monde extérieur. Elle nécessite un lien social plus important et a donc tendance à se développer dans des environnements qui permettent un rapprochement avec d'autres individus ou groupes.

(2) Névrosisme ou instabilité émotionnelle: trait psychologique relativement stable qui définit une partie de la personnalité. Un score élevé dans ce trait signifie: instabilité émotionnelle et insécurité, taux élevé d'anxiété, état continu d'inquiétude et de tension, avec une tendance à la culpabilité et généralement lié à la symptomatologie psychosomatique.

(3) Rigidité psychologique: attitude qui entrave le fonctionnement normal et adapté et qui est l'un des facteurs qui précipite ou intensifie le plus la souffrance. Elle est définie par six processus qui forment l'envers des processus observés dans la flexibilité psychologique: attention inflexible, effondrement des valeurs qu'on portait, inactivité ou impulsivité, identification à un soi conceptuel, fusion cognitive et évitement expérientiel.


Après plus de vingt ans passés dans l'organisation du Festival international d'échecs de Bienne (Suisse), Paul Kohler en est maintenant le secrétaire général et le directeur du tournoi fermé des Grands Maîtres (GMT). Depuis septembre 2016, vous pouviez lire ses posts quotidiens et ses tweets pour ChessBase dans la langue de Molière. Dorénavant, c'est sur le portail francophone que vous pouvez lire ses articles.
Discussion and Feedback Join the public discussion or submit your feedback to the editors


Commenter

Règles pour les commentaires

 
 

Pas encore enregistré? S'inscrire