Réélection de Dvorkovich: la "communauté internationale" échecs et mat!

Par Paul Kohler
10/08/2022 – Les délégués de la FIDE ont réélu Arkady Dvorkovich à la présidence de la fédération internationale d'échecs à une majorité écrasante face à son contradicteur ukraino-américain Andrii Baryshpolet. Un camouflet pour la soi-disante "communauté internationale" autoproclamée dans le monde occidentale et qui ne représente que cette portion congrue de la planète. Même des représentants des pays de l'UE et de l'OTAN ont d'ailleurs accordé leur voix au président russe. | Photo: FIDE.

ChessBase 16 - Mega Paquet Edition 2022 ChessBase 16 - Mega Paquet Edition 2022

Votre clef pour des idées neuves, des analyses précises et un entraînement ciblé. ChessBase 16 + MEGA 2022 + abonnement CBM (6 numéros) + compte ChessBase Premium (1 an) + 250 Ducats

Plus…

Le 07 août, les délégués des pays membres de la FIDE étaient réunis à Chennai, dans le cadre des Olympiades d'échecs, pour l'assemblée générale de la fédération. L'élection du comité directeur était notamment au programme. Tout l'Occident avait les yeux rivés sur celle-ci, car le président en exercice, Arkady Dvorkovich, n'est pas seulement russe, mais aussi, en tant qu'ancien conseiller économique de Vladimir Poutine et vice-premier ministre, étroitement lié aux dirigeants politiques de son pays .

En 2018, Arkady Dvorkovich avait remplacé le président kalmouk Kirsan Illyumzhinov, qui, en qualité d'actionnaire de la banque russe Alliance, avait allègrement mélangé les affaires privées et les affaires de la FIDE. Mais c'est surtout parce qu'il s'est retrouvé sur la liste noire du Trésor américain après que sa banque eut financé des transactions pétrolières en Syrie qu'il a été contraint à quitté la présidence. En effet, l'ingérence américaine avait pour conséquence que la Fédération internationale des échecs ne trouvait plus de banque dans laquelle ouvrir un compte. La FIDE se voyait ainsi dans l'obligation de pousser Illyumzhinov à la démission. Arkady Dvorkovich, qui avait organisé avec succès la Coupe du monde de football en Russie en 2018, s'est alors porté candidat à sa succession. On peut supposer que les dirigeants russes tenaient à conserver un président de leur pays à la tête de la Fédération internationale des échecs. En Union soviétique, les échecs étaient un sport populaire utilisé depuis la guerre froide comme arme idéologique.

Après avoir battu Georgios Makropoulos lors de l'élection 2018, Arkady Dvorkovich a su donner de belles impulsions au cours de son premier mandat en choisissant habilement ses fonctionnaires et en mettant en œuvre des plans de réforme. Même au plus fort de la pandémie, alors que la vie échiquéenne réelle était complètement anéantie, la FIDE a réussi à organiser une série d'événements de haut niveau sur Internet.

Jusqu'au début de 2022, la réélection de Dvorkovich était ainsi garantie, la planète échecs dans son entier étant satisfaite du travail accompli. Mais l'opération russe en Ukraine allait corser l'affaire. Pour se préserver des attaques occidentales, la FIDE s'est tout d'abord séparée de tous ses bailleurs de fonds et sponsors russes, pour la plupart des entreprises publiques comme Gazprom, mais aussi des oligarques étroitement liés à Poutine. Mais en ces temps de dérive idéologique, cela ne suffisait évidemment pas à la bonne conscience occidentale, qui ne pouvait accepter que la présidence d'une fédération sportive internationale puisse rester entre les mains d'un dirigeant russe.

Deux candidats ukrainiens se sont présentés, mais finalement seul le Grand Maître Andrii Baryshpolets, qui vit aux États-Unis, est resté en lice. Il était soutenu par le Grand Maître danois - et premier secondant du champion du monde Magnus Carlsen - Peter-Heine Nielsen, lequel devait prendre la vice-présidence en cas de succès. En outre, le vice-président de Dvorkovich, l'ancien président de la Fédération française des échecs Bachar Kouatly, s'est porté candidat au poste avec Ian Wilkinson comme son vice-président. Mais il retirait sa candidature juste avant le scrutin.

Arkady Dvorkovich trouvait un digne successeur au Français en désignant à sa place Viswanathan Anand, 15e champion du monde et personnage éminemment sympathique et apprécié de tous. Si Bachar Kouatly s'est probablement retiré de son poste sous la pression politico-médiatique occidentale, Vishy Anand n'a lui pas hésité à renforcer encore la formidable équipe constituée par le président en exercice!

Le président Dvorkovich et son vice-président Anand tout sourire!

Dvorkovich s'était retiré de ses fonctions et de son conseil d'administration peu après l'attaque russe, afin de ne pas figurer sur l'une des listes noires américaines. Dans une interview, il s'était en outre distancié de la guerre d'agression menée par son pays, malgré les pressions venant de Russie. Et il a également dû avaler la couleuvre interdisant à la Russie et à la Biélorussie de participer aux Olympiades de Chennai.

Certaines fédérations, notamment de Scandinavie et des pays baltes, mais aussi la fédération allemande des échecs, ont ouvertement annoncé qu'elles voteraient pour Andrii Baryshpolets et Peter-Heine Nielsen. La fédération allemande argue qu'il lui sera difficile de faire comprendre à ses bailleurs de fonds, notamment le ministère de l'Intérieur en charge des sports, que lors des tournois officiels de la fédération internationale des échecs - un tournoi du Grand Prix féminin doit avoir lieu l'année prochaine à Munich - un président russe de la FIDE prononce le discours d'ouverture officiel ou soit présent en tant qu'invité d'honneur. Il en va probablement de même pour d'autres pays occidentaux.

Le vote de dimanche a toutefois donné un résultat très clair. Sur les 179 votes exprimés, Dvorkovich et Anand ont obtenu 157 voix! Le "ticket" Andrii Baryshpolets et Peter-Heine Nielsen n'a pu récolter que 16 voix. Cela signifie qu'un certain nombre de délégués des 27 pays de l'UE et des 30 pays de l'OTAN ont voté pour le candidat russe.

Sur son agenda pour les quatre prochaines années, Dvorkovich a fixé comme objectifs une meilleure présentation des événements phares de la FIDE, le développement des projets en ligne, un meilleur soutien aux fédérations membres, une meilleure promotion des échecs féminins afin d'augmenter la proportion de joueuses, et le développement des programmes sociaux.

Lors de la dernière journée des Jeux olympiques d'échecs, le président réélu de la FIDE s'est exprimé dans une interview :

La réélection du président russe des échecs a suscité des réactions critiques dans la presse allemande. Dans la Deutsche Welle, Holger Hank se demande comment il est possible que les joueurs russes ne puissent pas participer aux Jeux olympiques d'échecs ou à d'autres événements, mais que le président russe puisse se présenter à sa réélection. Sport 1 cite l'ancien champion du monde pro-américain Garry Kasparov, qui trouve dégoûtant que même des délégués d'Europe aient élu Dvorkovich. Le président de la fédération allemande des échecs, Ullrich Krause, était l'un des rares à rester assis lorsque les délégués se sont levés pour applaudir Dvorkovich, réélu.

L'Assemblée générale en vidéo, premier jour

L'Assemblée générale en vidéo, deuxième jour


Après plus de vingt ans passés dans l'organisation du Festival international d'échecs de Bienne (Suisse), Paul Kohler en est maintenant le secrétaire général et le directeur du tournoi fermé des Grands Maîtres (GMT). Depuis septembre 2016, vous pouviez lire ses posts quotidiens et ses tweets pour ChessBase dans la langue de Molière. Dorénavant, c'est sur le portail francophone que vous pouvez lire ses articles.
Discussion et réactions Soumettez vos commentaires aux rédacteurs


Commenter

Règles pour les commentaires

 
 

Pas encore enregistré? S'inscrire